Pa gavan hir ma amzer article dans Le Télégramme

Luc'hskeudenn ar golo gant Jean-Marie Renault
Luc’hskeudenn ar golo gant Jean-Marie Renault

Christian Le Meut, journaliste au Télégramme et dans l’émission Bec’h de’i! entre autres, a rédigé une page dans l’édition d’aujourd’hui sur trois recueils de poésie, dont le mien. Ma famille et mes amis — dans le temps j’aurais dit « de tout poil » mais à l’heure des relations virtuels, je dirai « de tous réseaux sociaux » — qui ne parlent pas breton apprécieront de savoir ce qu’on en dit dans la presse.

Stefan Carpentier publie son premier recueil de poèmes en breton intitulé « Quand je trouve le temps long », ce qui ne sera pas, espérons-le, le cas des lecteurs. Après une série de haïkus, l’auteur propose des poèmes où la révolte et le désespoir sont souvent présents. L’humour également, et le jeu entre plusieurs langues (breton, anglais, français). La tendresse enfin, notamment dans le joli « Etre merc’h ha tad », « Entre père et fille », dialogue avec sa fille qui ne veut pas lui parler en breton, mais finit par lui dire « Je t’aime papa » dans cette langue (« Da garout a ran tata »).

Je remarque que mon poème Etre merc’h ha tad plaît,Malo Bouëssel du Bourg en parlait déjà dans la revue Al Liamm. Le sujet de la transmission de la langue touche encore et toujours. Peut-être le traduirai-je un jour, il fait partie de ceux qui pourraient l’être, ils ne sont pas nombreux dans ce petit recueil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *