Ici vont les morts – Le grand livre du vaudou, tome 1

Voici cinq ans que je faisais la connaissance de Valériane Duvivier pour illustrer le livre de Goulc’han Kervella, Pezhioù-c’hoari farsus, édité par Mouladurioù Hor Yezh. Cette collaboration aurait pu s’arrêter là si je n’avais découvert son webcomics Ici vont les morts. J’ai immédiatement eu envie de le traduire en breton. Nous manquons cruellement de ce genre de littérature dans notre langue et j’aime le style de Valériane. Elle a accueilli cette idée avec enthousiasme et il ne s’est pas tari depuis, pas plus que le mien. Au fur et à mesure de la publication sur internet, l’envie montait en moi de tenir une version papier dans les mains. La dématérialisation a ses aspects pratiques, les murs de mon bureau me le rappellent sans cesse, mais je suis encore un amoureux du papier. L’amour a ses raisons, vous savez. Et puis, j’imagine que matérialiser un projet sur papier lui donne une existence plus grande, plus concrète. Je ne vous demande pas de partager mon opinion. Toujours est-il que je me suis mis en quête d’un éditeur pour la traduction que je faisais d’Ici vont les morts. Mes recherches furent infructueuses. Le premier éditeur n’a pas voulu prendre le risque d’un premier tome ne sachant pas si les suivants viendraient réellement. Je peux le comprendre. Valériane n’est pas connue. Il s’agit d’un webcomics au départ avec tout ce que cela peut représenter d’éphémère et donc de risqué. Le second éditeur n’y a rien compris. Pas sa came. Je peux le comprendre aussi. Alors, il ne restait plus qu’une solution, relancer la maison d’édition associative que j’avais laissée dormir depuis une dizaine d’années, Ar Gripi. Je tiens à remercier les deux éditeurs qui ont refusé le projet. Sincèrement. Sans eux, les créateurs d’Ar Gripi n’aurait pas sorti l’animal du sommeil.

Après quelques mois de préparation et un appel à souscription à l’ancienne (sans plateforme de crowdfunding), nous avons pu éditer Vodou zo amañ (je mets ici le lien vers le site où vous pourrez vous le procurer en ligne). Notre premier projet éditorial après l’abandon du fanzine Gripi au milieu des années 2000.

En tant que traducteur et éditeur, ce fut un sentiment étrange de voir une version papier d’un ouvrage que je n’avais pas eu entre les mains dans sa langue d’origine. Voilà qui est réparé depuis peu. J’ai reçu mon exemplaire hier matin, avec de petites surprises en prime dont une belle dédicace. Je garde le petit mot d’accompagnement pour moi, mais je vous honore d’une petite photo de couple avec ma chère et tendre qui arbore le badge « bouton » sur sa poitrine (oui, vous avez le droit de regarder, elle en a donné l’autorisation).

Merci à toi aussi,  Valériane ;-)
Merci à toi aussi, Valériane 😉

Comme tu le dis, Valériane, nous partons pour le tome 2. Je te remercie pour ton enthousiasme, ta gentillesse et ton amitié. Je te souhaite un franc succès en français, en breton et dans bien d’autres langues !

1 pensée sur “Ici vont les morts – Le grand livre du vaudou, tome 1”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *